Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 janvier 2010

C'est moi l'artiste, dit Dieu

554849637.jpg
 
 
C'est moi l'artiste
C'est moi l'artiste, dit Dieu
Tu es mon vase d'argile !
C'est moi qui t'ai modelé, façonné,
Une merveille au creux de ma main !
Tu n'es pas encore achevé,
Tu es en train de prendre
La "forme" de mon fils.
Voici que tu te désoles
Et que tu désespères
Parce que tu as pris quelques fêlures
Au contact des autres.
Tu t'es heurté, tu as été ébréché
Tu as même pu tomber par terre
Te briser et tomber en mille morceaux !
Fêlures, craquelures, lézardes,
Brisures, cassures, ratures...
N'oublie pas : c'est ta condition de vase.
Si je t'avais rangé dans un placard à vaisselle,
Tu ne connaîtrais pas ces heurts de la vie
Mais tu ne servirais à rien, ni à personne !
Tu serais un vase inutile !
Moi, dit Dieu,
J'aime les vieux vases,
Un peu usés, un peu ébréchés.
Ils ont toute une histoire !
Et toi, tu voudrais être lisse
Comme un nouveau-né ?
Je te connais, ô toi que j'ai façonné,
Pétri avec tant d'amour !
Je ne voudrais pas que tu te désoles de tes ratés !
Tu es fais de boue et de lumière !
Tu es fais pour servir !
A ne regarder que tes failles,
Tes faiblesses et tes chutes
Tu te centres encore trop sur toi-même
Et tu restes prisonnier de tes failles !
C'est moi l'Artiste
Et je m'y connais dans l'art de reprendre un vase.
Laisse-toi FAIRE !
Avec mes doigts d'artiste, j'arrive toujours
A rendre plus beau
Ce qui n'était que fêlure, brisure, cassure.
Je suis l'Esprit Créateur, ne l'oublie pas.
Je "crée" ! Je mets la "Vie" !
Je donne le "Souffle" Je suis l'Artiste !
C'est moi qui moule, qui pétris,
Qui donne la "forme" !
Toi, mon vase d'argile,
Viens te glisser
Au creux de mes mains paternelles et maternelles.
Laisse-toi pétrir entre mes doigts d'Artiste.
Abandonne-toi longuement
A mon travail de potier.
Expose-moi tes fêlures, tes brisures, tes cassures !
J'aime à faire du neuf !
J'aime à te regarder !
Voici que je te réchauffe, ô toi mon argile !
A force de te pétrir,
Je te communique ma chaleur, ma sueur,
Mon souffle, mon intimité, ma chaude tendresse.
C'est moi l'Artiste !
Viens et n'aie plus peur.
Chaque fois que tu retombes,
Je te dis : "Le pardon est là !
Viens et continuons ensemble !"
J'aime à te regarder, à voir les efforts que tu fais
Et tout le mal que tu te donnes.
J'en éprouve grande joie et tu réjouis mon cœur !
Je vois combien tu te transformes.
A l'abri de tes regards,
Je te modèle
A l'image de mon Fils bien-aimé !
Tout ce que je te demande
C'est de venir toujours et à nouveau
Après chaque chute
Entre mes mains
Pour me donner la joie de te remodeler.
Allons, n'aie pas peur :
C'est moi, l'Artiste…

 
1908896193.jpg
 
Entre mes mains qui te façonnent
avec douceur et force,
tu prends forme et élégance.
 
Valérie

09:54 Publié dans PRIERES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foi, spiritualité, prière | |  Facebook

mercredi, 27 mai 2009

Remplis ma bouche, ô Marie

Remplis ma bouche, ô Marie,
de la grâce de ta douceur.
Éclaire mon intelligence,
toi qui as été comblée de la faveur de Dieu.

 

Alors ma langue et mes lèvres
chanteront allègrement tes louanges
et plus particulièrement
la salutation angélique,
annonciatrice du salut du monde,
remède et protection de tous les hommes.

 

Daigne donc accepter que moi,
ton petit serviteur,
je te loue et te dise
et redise doucement :


“Réjouis-toi, Marie, comblée de grâces.”

____________

 

Saint Ephrem (v.306-373)

  

05:25 Publié dans PRIERES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foi, prière, spiritualité, méditation, marie | |  Facebook

samedi, 18 avril 2009

Bâtissez la maison de l'Amour

 

 
 
 
Bâtissez la maison de l'Amour

Qui séparera votre amour
de l'Amour du Christ ?
La morsure du temps ? L'éloignement ?
L'usure de l'habitude ? La calomnie ?
Le mensonge ? La jalousie ?
Vos échecs, vos faiblesses,
le poids de vos péchés ?
Les épreuves ? La souffrance ?
La maladie ? La mort ?

Non, car en tout cela vous sortirez vainqueurs
par la force de l'amour du Christ Sauveur.
 
Bâtissez la maison de votre amour,
pierre par pierre, sur le Roc du Christ.

Ne laissez pas se desceller une seule de ces pierres,
car la plus petite lézarde est un risque de ruines.

Bâtissez cette maison de l'amour
où habite la confiance qui ferme ses volets
aux mauvais vents de la nuit et
ouvre sa porte à tous ceux qui ont besoin
de réchauffer leur cœur
à la vive flamme de votre bonheur.

Tissez le manteau de votre amour
avec les mailles de la fidélité,
du pardon et de la patience,
avec les mailles de la vérité,
de la joie et de la souffrance.

Ne laissez pas filer la plus petite maille
qui pourrait provoquer une irrémédiable déchirure.

Vous connaîtrez des heures de luttes redoutables,
assaillis par des vents de tempête insaisissables.

Vous sentirez la maison de votre amour vaciller
et mesurerez la fragilité
et la grandeur de votre liberté.
 
 
 
Mais si vous savez jeter
vers le ciel l'ancre de la prière
pour dépasser ces épreuves inévitables,
alors le mot amour prendra pour vous
sa véritable signification
et rien ne pourra  plus séparer votre amour
de l’amour du christ pour l’éternité (Rm 8, 35)

Jean Debruyne

06:01 Publié dans Jean Debruyne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prière, spiritualité | |  Facebook