Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 novembre 2013

J’ai peur de dire oui, Seigneur.

 

577599_525766544129071_318022544_n.jpg

 

J’ai peur de dire oui, Seigneur.
Où m’emmèneras-tu ?
J’ai peur de tirer la paille la plus longue,
j’ai peur de signer au bas d’une feuille blanche,
j’ai peur du oui qui réclame d’autres oui.

Et pourtant, je ne suis pas en paix.
Tu me poursuis, Seigneur,
tu me cerne de partout.
Je cherche le bruit car je crains de t’entendre,
mais tu te glisses dans un silence.
Je m’enfuis de la route car je t’ai aperçu
mais au bout du sentier
tu m’attends quand j’arrive…

Mais j’ai peur de dire oui, Seigneur,
j’ai peur de te donner la main,
tu la gardes en la tienne,
j’ai peur de rencontrer ton regard,
tu es un séducteur…

Je suis captif, mais je me débats,
et je combats en me sachant vaincu.
Car tu es le plus fort, Seigneur,
tu possède le monde et tu me le dérobes.

Aide-moi à dire oui.

Michel Quoist

01:30 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 09 octobre 2013

Je suis parti avide.....

7147_432716116821047_1117528031_n.jpg

 

Je suis parti avide,
et je reviens déçu.

J’ai cru que je pourrais, Seigneur,
en accostant à de nouveaux rivages
cueillir de nouveaux fruits
et rassasier mon coeur.
Mais pour moi le monde est un verger désert,
quand mes mains sont fermées et ne peuvent accueillir.

J’ai cru que je pourrais Seigneur,
en cherchant le soleil
y réchauffer mon âme
et l’emplir de lumière.
Mais pour moi sur le monde,
la nuit s’étend profonde,
quand mes volets sont clos.

J’ai cru que je pourrais Seigneur,
en regardant le monde
y lire un beau poème
pour ravir mon esprit.
Mais pour moi le monde n’est qu’un mauvais décor,
si je suis comédien.

Je suis parti avide,
et je reviens déçu…

Je sais maintenant pourquoi Seigneur…

Si le monde était gris,
c’est qu’il avait ma couleur.

18:26 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 04 octobre 2013

Qui suis-je, Seigneur ?

proxy.php?m=aHR0cDovL3RvdXRlYW1lcXVpcy1lbGV2ZWVsZXZlbGVtb25kZS5oYXV0ZXRmb3J0LmNvbS9tZWRpYS8wMC8wMi8yMjk1MjMyMDMxLmpwZz93aWR0aD0yNjA%3D

 

 

Qui suis-je, Seigneur ?
Pourquoi en moi ce goût d’inachevé ?
Pourquoi cette impression d’être en route, en marche,
de n’être pas cet être tout fait, statique, sûr,
solide qui rassurerait et m’éviterait l’effort ?

Il y a en moi cette image de Dieu que je dois dégager librement,
pas à pas, dans l’épaisseur du quotidien.

Je suis en devenir et les autres, autour de moi, le sont également
et cette humanité tout entière,
peuple douloureusement en marche vers son unité.


Je t’adore, ô Dieu, don absolument pur, amour pur.

Je te contemple comme mon tout et mon but.

Fais que ma vie, Seigneur, tout entière soit don.

Fais que les autres pour moi ne soient pas des étrangers mais des frères,
car chaque coupure d’avec eux est une régression,
chaque retour sur moi est un arrêt de ma croissance : du ʺ non-êtreʺ,

chaque don est une étape vers l’épanouissement : du ʺplus-êtreʺ.

Sous ton regard, Seigneur,
il faudrait que je sois sur la route des autres
celui qui les invite à se donner.

Et je leur rendrai le plus grand des services,
celui de les aider à devenir
ʺimage de Dieuʺ
et Dieu en ton fils Jésus-Christ. »


Michel Quoist

00:09 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 31 août 2013

La gratuité

528682_277049075717349_137201436368781_648785_1460051400_n.jpg

Nous avons pris l'habitude, Seigneur,
de nous dévouer sans cesse.

Nous sommes les Saint-Bernard
de ceux que nous côtoyons.

Nous savons les paroles qu'il faut prononcer,
Les sourires qu'il faut offrir, les gestes qu'il faut faire.
Nous sommes de bons serviteurs,
Nous ne serons jamais des "serviteurs inutiles".

Mais, sans nous en rendre compte, à cause de nous,
Les autres demeurent des "petits"
Pendant que nous restons "grands".
Ils demeurent indigents,
Pendant que nous sommes riches.
Et nous serions perdus
s'ils n'avaient plus besoin de nous.

Seigneur, aide-nous à moins nous dévouer,
Mais non pas moins aimer.
Aide-nous à faire grandir les autres
Tandis que nous diminuerons,
A moins leur donner,
mais à leur demander plus.
A les rendre sauveurs
au lieu de les sauver.
Alors nous serons, non des bienfaiteurs,
non des pères,
Mais des frères pour nos frères.

05:53 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 01 août 2009

Ne crains rien, dit Dieu, tu as tout gagné

557346_377564555611807_100000747973427_1153520_1451569016_n.jpg

 

Seigneur,
pourquoi m’avez-vous dit d’aimer
tous mes frères les hommes ?


J’ai essayé, mais vers vous je reviens effrayé…

 

 Seigneur, j’étais si tranquille chez moi,
je m’étais organisé, je m’étais installé.

 

Seul, j’étais d’accord avec moi-même,
à l’abri du vent, de la pluie, de la boue…....
Je serai resté pur, enfermé dans ma tour.

 

 Mais vous m’avez forcé à entr’ouvrir la porte.
Comme une rafale de pluie à pleine face,
le cri des hommes m’a réveillé.

 

Comme une bourrasque, une amitié m’a ébranlé.
Et j’ai laissé une porte entr’ouverte…

 

 Les premiers sont entrés chez moi, Seigneur ;
il y avait tout de même un peu de place en mon cœur.
Jusque-là c’était raisonnable.

 

Mais les suivants, Seigneur, les autres hommes,
je ne les avais pas vus derrière les autres.
Ils étaient nombreux, ils étaient misérables ;
ils m’ont envahi sans crier gare, il a fallu faire de la place chez moi.

 

 Plus ils poussent la porte et plus la porte s’ouvre.

 

Ah Seigneur, je suis perdu, je ne suis plus à moi.
Il n’y a plus de place pour moi chez moi.

 

 « Ne crains rien, dit Dieu, tu as tout gagné.
Car tandis que ces hommes entraient chez toi,
Moi, ton Père, moi, ton Dieu,
je me suis glissé parmi eux. »

 

 

 Michel Quoist

 

07:35 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

vendredi, 22 mai 2009

Marie, une Maman pour tous ...

 
 

Ma plus belle invention, dit Dieu, c'est ma Mère.
Il me manquait une Maman, et je l'ai faite.
J'ai fait ma Mère avant qu'elle ne me fasse.
C'était plus sûr.
Maintenant, je suis vraiment un Homme comme tous les hommes.

Je n'ai plus rien à leur envier, car j'ai une Maman,
une vraie,
ça me manquait.

Ma Mère, elle s'appelle Marie, dit Dieu.
Son âme est absolument pure et pleine de grâce.
Son corps est vierge et habité d'une telle lumière
que sur terre je ne me suis jamais lassé de la regarder,
de l'écouter, de l'admirer.
Elle est belle, ma Mère, tellement que,
laissant les splendeurs du Ciel,
je ne me suis pas trouvé dépaysé près d'elle.

Pourtant, je sais ce que c'est, dit Dieu,
que d'être porté par les anges ;

ça ne vaut pas les bras d'une Maman, croyez-moi.

 

Depuis que j'étais remonté vers le Ciel,
elle me manquait, je lui manquais.
Elle m'a rejoint, avec son âme, avec son corps, directement.
Je ne pouvais pas faire autrement.

Ça se devait. C'était plus convenable.

Les doigts qui ont touché Dieu
ne pouvaient pas s'immobiliser.
Les yeux qui ont contemplé Dieu
ne pouvaient rester clos.
Les lèvres qui ont embrassé Dieu
ne pouvaient se figer.
Ce corps très pur qui avait donné un corps à Dieu
ne pouvait pourrir mêlé à la terre...

Je n'ai pas pu, ce n'était pas possible,
ça m'aurait trop coûté.

J'ai beau être Dieu, je suis son Fils,
et c'est moi qui commande.
Et puis, dit Dieu,
c'est encore pour mes frères les hommes
que j'ai fait cela.

Pour qu'ils aient une Maman au Ciel.

Une vraie, une de chez eux, corps et âme, La Mienne.

Maintenant, qu'ils l'utilisent davantage ! dit Dieu.

Au Ciel ils ont une Maman qui les suit des yeux,
avec ses yeux de chair.
Au Ciel ils ont une Maman qui les aime à plein cœur,
avec son cœur de chair.
Et cette Maman, c'est la Mienne,
qui me regarde avec les mêmes yeux,
qui m'aime avec le même cœur.

Si les hommes étaient malins, ils en profiteraient,
ils devraient bien se douter que je ne peux rien lui refuser…

 

Que voulez-vous, c'est ma Maman....

 

Michel Quoist    
 Pris sur le site: Une Minute avec Marie     

05:47 Publié dans Michel Quoist | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prière | |  Facebook