Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 octobre 2010

Dieu caché

40867_155267417841523_100000747973427_308060_5014724_n.jpg

Parce que tu as aimé cette terre Seigneur,
voilà qui me donne d'espérer quand je sens ma foi vacillante.

À voir vivre tes enfants rieurs,
comment ne pas sentir la tendresse de ton regard
posé tout doucement sur chacun d'eux.
Tu es là ! Je le crois.
Et je devine ta joie,
car c'est ma joie.
Et je connais ta peine lorsqu'ils souffrent,
car c'est la mienne,
et elle ne peut venir que de Toi.

Et du plus profond de mon impuissance
monte en moi cet appel à les consoler avec Toi !
À prendre avec Toi ce poids de douleur
qui accable notre terre jusqu'à plus soif.
Mais je te découvre plus pauvre que moi.
Plus pauvre que moi dans ta toute-puissance.
Et ton amour n'en finit plus d'attendre
les deux mains clouées sur le bois.
Qui donc prendra sur lui le poids de ta croix?
Faut-il être entré dans ta gloire
pour mesurer le poids infini de ta souffrance
et trouver la force de l'assumer avec Toi?

Pourquoi te cacher derrière ce silence
qui enveloppe l'univers comme si,
sur le point de parler,
tu retenais ton souffle,
l'espace d'un instant.
Un instant d'éternité
où l'Homme attend les yeux tournés vers le ciel…

Pourtant,
tout dans l'univers ne s'écrie-t-il pas: « Gloire! »

« Des astres créés, aux rires des enfants,
contemplez Celui qui vient!
Celui qui Est! Contemplez!
Il est là, aux portes du monde,
et vous êtes chez Lui.
L'univers est son jardin
et l'Homme, un promeneur solitaire
qui cherche son chemin.
N'entendez-vous pas sa voix? »

Et l'Homme, reste-là,
hébété au cœur du jardin,
soûlé par le poids de sa vie,
ne sachant plus où regarder
quand tout, autour de lui,
l'appelle vers Toi.

Nous aurais-tu donc créés aveugles ?

Yves Bériault

 

02:37 Publié dans PRIERES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.